Le Tantrisme

 

 

Très connu par son nom mais incompris dans son contenu, le tantrisme est une voie mystique hindouiste qui vient du fond des âges.  Si la légende rapporte que le tantrisme fut enseigné par Shiva à son épouse Parvati, la réalité laisse penser que cette voie provient de la rencontre de divers courants taoïstes chinois et d’anciennes pratiques védantiques et chamaniques de l’Inde.


Le tantrisme utilise les outils habituels des différents yogas, c'est-à-dire les asanas (postures), mudras (sceau), mantras, visualisations, méditations etc. Cependant la philosophie et les expérimentations sont différentes de celles du courant védantique. Les voies comme le yoga de Patanjali encouragent le renoncement, l’ascétisme et le détachement dans le but de libérer l’adepte des souillures mondaines et de lui permettre de s’unir à la source divine (la nature).


A contrario le tantrisme prône une voie dans un esprit guerrier, ou tout est utilisé pour appuyer l’évolution. Ce qui est vu comme un poison par l’individu lambda devient un outil puissant d’évolution dans l’esprit tantrique. Ainsi le tantrisme utilise les énergies les plus fortes et passionnées et spécialement l’énergie liée à la sexualité et aux désirs.

Le tantrisme a connu une mauvaise réputation parce qu’il encourage à briser de nombreux tabous pour favoriser la libération intérieure. En pratique, le tantrika doit affronter ses peurs et ses désirs pour y découvrir la force et la lumière spirituelle. Il n’est pas question d’encourager la débauche mais de vivre pleinement l’expérience humaine sans rien rejeter à cause de la crainte.

Il faut chevaucher le tigre : galvaniser la passion et conserver la tête froide ; être porté par cette force sans qu’elle nous dévore. Ce chemin dangereux convient à la nature du lion, c'est-à-dire celui qui aura l’esprit du guerrier, passionné et fort intérieurement à la fois.

 

Incompréhension du tantrisme en occident

 

Le mouvement new age a importé différents aspects du tantrisme en occident et presque automatiquement il fut déformé ou caricaturé. Ainsi le tantrisme n’est absolument pas une méthode pour « prendre son pied » au lit et encore moins un ensemble de jeux ridicules consistant à caresser sa partenaire avec une plume de paon en croyant expérimenter une forme de spiritualité.


Est-ce que le tantrisme serait aussi vendeur si l’occidental (entendons le non initié) était au courant qu’en réalité, dans une discipline authentique il ne serait même pas sûr de choisir lui-même ses partenaires ? Ou encore qu’il devrait, avant, affronter des épreuves et des disciplines plus qu’éprouvantes ?

Le véritable tantrisme demande une discipline énorme où la recherche du plaisir pour le seul plaisir immédiat n’à pas sa place.  S’il est presque impossible de pratiquer un tantrisme authentique en occident, il reste toutefois possible d’en extraire quelques connaissances et idées pour nourrir la pratique spirituelle ou magique. Il est même possible d’en retirer quelques connaissances utiles pour nos plaisirs sexuels, mais il faudra garder à l’esprit que ceci n’est pas du tantrisme des origines.

Il y a du plaisir dans le tantrisme mais il n'y a pas forcément de tantrisme dans le plaisir.

 


 

Avant de s’engager dans une voie tantrique il faut déjà avoir un certain équilibre. Etre bien dans sa polarité sexuelle. Une préparation acceptable peut être l’exploration de sa propre sexualité avant de commencer à comprendre l’esprit de l’autre polarité. Expérimenter son yin ou son yang selon notre sexe, puis expérimenter la nature opposée en nous même. La finalité tantrique sera d’unir en soi ces deux forces. Cette union se vit à deux également, dans une sexualité sacrée ou les deux polarités exprimées par chacun s’unissent et se mélangent.

De nos jours les hommes ne sont plus des hommes, mais bien souvent des êtres infantiles écrasés par la féminité qu’ils comprennent mal et qui les effraie. Les femmes de leur coté ne sont plus des femmes mais de pâles caricatures de l’homme dans leurs comportements. Ces questions doivent être méditées et des changements dans les comportements doivent être mis en place pour se réconcilier avec soi puis avec « l’autre ». C’est seulement à ces conditions qu’il devient possible d’accéder à la pratique tantrique véritable.

 

Kundalini Shakti

 

Le tantriste doit devenir semblable à Shiva, conscient et stable face aux mouvements et aux puissances de la déesse Shakti. Le masculin est Shiva, la stabilité et la conscience pure. Le féminin est Shakti, la puissance et l’agitation du Monde manifesté. La Shakti désigne également la force de vie présente dans l’univers et la Kundalini : puissance cachée dans le Muladhara chakra.


L’union de ces deux polarités représente l’éveil tantrique. Comme nous pouvons le constater, le tantrisme fait grand cas de l’énergie vitale et de son expérimentation totale. En affrontant ses peurs, ses désirs, ses pulsions, l’adepte doit avoir la stabilité et la conscience de Shiva. Parce qu’il est un guerrier qui affronte la force de vie en totalité, le tantriste parvient à subjuguer cette dernière et s’unir à elle. Dans le cas ou l’adepte reste fasciné par la Shakti, il est perdu et broyé.

Plus clairement, celui ou celle qui s’adonne au tantrisme doit avoir un esprit fort pour expérimenter le monde et ses sensations, ce monde c’est Shakti, la force manifestée.  Le tantrisme considère tous les désirs et les peurs comme autant de divinités tentatrices qui veulent prendre l’ascendant sur sa conscience. Une fois entrés dans cette voie, les désirs et les peurs de l’individu prennent en effet une intensité redoutable. Il faudra dompter le dragon et non lui céder sous peine d’être anéanti spirituellement et physiquement.

 

Dakshina-Marga et Vama-Marga


Respectivement, la voie de la main droite et la voie de la main gauche. Le courant tantrique de la main gauche est le plus connu par sa réputation sulfureuse qui autorise l’usage du sexe, de l’alcool, de viandes, de certaines drogues parfois. La voie de la main droite dicte une conduite chaste où le pratiquant doit obtenir l’union des polarités, seul, en lui-même.


La voie de la main gauche utilisera l’acte sexuel sacré comme un outil de progression et d’éveil. L’union tantrique (maithuna) est parfois exprimée en groupe (chakra puja). Ces réunions sexuelles ne sont pas des partouzes mais bien des rites où les tabous sont dépassés et où le désir devient la lame d’une épée à doubles tranchants, capable de libérer la conscience comme de la blesser.

Certains courants tantriques considèrent que celui qui s’adonne à la voie de la main gauche ne cherche pas l’union au divin où il serait toujours le second, mais qu’il recherche un état de Divinité où rien n’est au-dessus de lui. Cette philosophie a donné naissance aux courants occultistes dits « left-hand-path »  qui passent par la pratique de la magie sexuelle.

 

Un mot sur la Sexualité Taoïste

 

Le taoïsme sexuel est antérieur au tantrisme. C’est de lui que le courant tantrique a retiré certaines techniques comme la rétention du sperme. Le taoïsme est issu du chamanisme et des anciennes religions païennes de Chine. Les pratiques dites du taoïsme sexuel sont des méthodes pour améliorer la santé, la longévité et octroyer divers pouvoirs spirituels. Le plaisir n’est pas exclu mais décuplé.

 



 

L’homme y apprend à maintenir le plaisir plus longtemps et à jouir sans perdre sa semence. Le sperme étant une immense source de force spirituelle et de vitalité, le pratiquant gagne d’immenses bénéfices de ces méthodes. Ce sont principalement des méthodes de sublimations et de transformations des énergies. La femme y apprend également des techniques de sublimation de l’énergie, mais avec moins de contraintes étant donné que son énergie sexuelle est quasiment inépuisable (tandis que l’homme perd énormément de force yang pendant l’orgasme).


Les amants échangent leurs énergies Yin et Yang, et intensifient toujours leur vitalité dans l’acte d’amour. Ces connaissances sont importantes pour celui qui souhaite joindre l’occultisme, la spiritualité, un plaisir plus intense ou l’auto guérison à sa vie sexuelle. Vu la difficulté de trouver de vrais enseignements tantriques en occident, je ne peux que recommander ces études aux chercheurs.



Exu Dragon.



Bibliographie recommandée :


- Tantrisme, doctrine, art, rituel. Pierre Feuga

- Le Yoga tantrique : Sa métaphysique, ses pratiques. Julius Evola

- L’amant tantrique. Jacques Ferbe

- Du tao sexuel au tantra. Jean-Pierre Krasensky

- L’énergie sexuelle masculine. Mantak Chia

- L’énergie sexuelle féminine. Mantak Chia

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement